Des vertus, un combat

  • Accueil
  • > Recherche : mishima citation
13 mars 2010

Mishima : La mort n’est jamais vaine

Publié par vertusetcombat dans Archives

Et qu’est-ce donc que cela signifie, pour un être vivant, que d’être confronté à la mort? Pour le Hagakuré, ce qui importe c’est la pureté de l’action. Jocho valide la violence et le pouvoir de la passion et il valide également toute mort passionnée. C’est cela qu’il entend lorsqu’il dit que qualifier de vaine une mort relève de « l’esprit calculateur des arrogants marchands d’Osaka », L’affirmation la plus importante de jocho concernant la mort, « je découvris que la Voie du samouraï, c’est la mort « , tranche d’un seul coup de sabre le nœud gordien, la relation antinomique entre la vie et la mort.

À en croire certains, mourir sans avoir accompli sa mission, ce serait mourir en vain. C’est là une contrefaçon de l’éthique samouraï, qui trahit l’esprit calculateur des arrogants marchands d’Osaka. Dans une telle situation [où la vie et la mort s'offrent à égalité de chances], il est presque impossible de faire le juste choix.

Accomplir sa mission signifie, en termes modernes, mourir justement pour une cause juste; et le Hagakuré affirme que, lorsqu’on a la mort en face, on est dans l’impossibilité absolue d’évaluer la justesse de la cause.
« Tous nous préférons vivre. Rien de plus naturel, donc, dans une situation de ce type, que de chercher une excuse pour survivre. » L’être humain n’est jamais à court d’excuses. Et l’être humain, du seul fait qu’il est en vie, se doit d’inventer une théorie quelconque. Le Hagakuré se contente d’exprimer cette opinion relativiste que plutôt que de survivre dans la peau d’un lâche ayant failli à sa mission, mieux vaut mourir. Le Hagakuré n’affirme aucunement qu’en mourant on ne saurait faillir à sa mission. Là réside le nihilisme de Jocho Yamamoto et là réside également l’idéalisme ultime qu’engendre son nihilisme.
Nous nous réfugions dans l’illusion que nous sommes capables de mourir au nom d’une croyance ou d’une théorie. Ce que nous dit le Hagakuré, c’est que même une mort sans gloire, une mort futile qui ne porte ni fleur ni fruit, a une dignité en tant que mort d’un être humain. Si nous plaçons si haut la dignité de la vie, comment ne pas placer aussi haut la dignité de la mort? La mort ne peut jamais être qualifiée de futile.

Le Japon moderne et l’éthique du samouraï.

Voir aussi : Mishima : citation : la vie de l’homme d’action et Mishima : citation : le corps comme verger

12 janvier 2010

Mishima : citation : la vie de l’homme d’action

Publié par vertusetcombat dans Archives

«  Aux yeux des hommes d’action, la vie apparaît souvent comme un cercle qu’il s’agit de parfaire par l’ajout d’un dernier et unique point. A chaque instant, un tel cercle se présente à lui, incomplet de par le manque de ce point, et à chaque instant, sa survie est de l’écarter. […]
Le pire malheur pour l’homme d’action est que la mort lui échappe alors même que ce dernier et infaillible point a été ajouté. »

Le Japon moderne et l’éthique samouraï

Voir aussi : Mishima : citation : le corps comme verger et Mishima : la mort n’est jamais vaine

11 décembre 2009

Mishima : citation : le corps comme verger

Publié par vertusetcombat dans Archives

                              Mishima : citation : le corps comme verger dans Archives mishima

Si mon « Moi » était ma demeure, mon corps lui était comme un verger qui l’entourait. Un jour, je pris la décision de cultiver un verger digne de moi-même. Peu à peu le verger commença à porter ses fruits et la pensée de mon corps prit plus de place dans ma conscience.

Yukio Mishima

Voir aussi : Mishima : citation : la vie de l’homme d’action et Mishima : la mort n’est jamais vaine

Génération Citoyenne |
ACF |
TEBAWALITO |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Temps libre
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres